8 mai 2014 : discours de l’Ambassadeur de France

A l’occasion de la commémoration de la fin de la Seconde guerre mondiale en Europe, M. Yves Carmona a prononcé le discours suivant.

"Nous célébrons aujourd’hui la fin de la 2ème Guerre mondiale en Europe. En Asie, cette guerre continuera plusieurs mois, avec son cortège de morts et de souffrances jusqu’au dernier jour et se prolongera durant plusieurs décennies par les guerres liées à la décolonisation, sans oublier la guerre froide qu’il reste à clore définitivement. J’aurais aimé célébrer ce 8 mai la fin de toutes les guerres mais nous n’en sommes pas là.

Quelle signification accorder au 8 mai 1945 ? D’abord la victoire de la liberté sur la tyrannie, de la démocratie sur la dictature, des droits de l’homme sur le génocide, du droit international sur le recours unilatéral à la force.

Cette victoire a accompagné la naissance de l’organisation des Nations Unies, passée de 51 membres en 1945 à 193 aujourd’hui, issus de la décolonisation et de l’éclatement de l’Union soviétique et d’autres Etats. Puisque cette semaine voit la commémoration d’une étape douloureuse de la décolonisation, saluons la mémoire de tous ceux qui sont tombés.

Cette année, nous commémorons aussi le centenaire de la 1ère guerre mondiale que les anciens combattants, les survivants appelaient la « der des ders ». Elle ne le fut pas, elle portait en son sein la deuxième guerre mondiale, tout aussi meurtrière.

La paix n’est donc jamais définitivement acquise. Elle n’est durable que fondée sur la raison contre la brutalité, le compromis contre le coup de force, le droit des peuples contre l’aveuglement des dirigeants, le droit international contre les ambitions territoriales.

Demain nous célébrerons la journée de l’Europe. Comme d’un mal peut sortir un bien, c’est du chaos des deux guerres mondiales qu’est née la détermination des précurseurs de l’Union européenne. Le rapprochement symbolique de ces deux dates du 8 et du 9 mai l’illustre bien car la construction européenne est le meilleur gage de paix sur le vieux continent.

Aussi, depuis la Communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951 jusqu‘au traité de Lisbonne conclu en 2007, qui a consolidé l‘union politique et monétaire, que de ténacité il a fallu à nos sages dirigeants ! Le „détour économique“ prôné par Jean Monnet a ouvert la voie à la construction politique qui continue, malgré les critiques et les dénigrements, à nous rapprocher toujours davantage. A la fin de ce mois, tous les citoyens européens pourront élire leurs parlementaires au suffrage universel direct et de la volonté qu’ils exprimeront sortira un nouvel exécutif démocratique.

Et c’est vers la démocratie que regardent les nombreux pays voisins de l’Union européenne qui veulent y adhérer ou développer avec elle leur partenariat.

Je le dis aux jeunes gens qui nous accompagnent aujourd’hui, n’oublions pas ceux qui ont sacrifié leurs vies, pendant la deuxième guerre mondiale comme en tant d’occasions à travers l’Histoire, pour la paix, l’indépendance, le droit, la liberté.

Merci à ceux qui ont accepté mon invitation à nous retrouver aujourd’hui pour commémorer ensemble ces valeurs universelles."

Dernière modification : 09/05/2014

Haut de page