Conférence à l’Institut français sur les nouvelles recherches archéologiques au Sud-Laos

Lundi 30 janvier 2012, Mme Christine Hawixbrock a présenté les nouvelles recherches archéologiques en cours à Nong Moung (ville ancienne de Vat Phu) et à Nong Hua Thong (province de Savannakhet), lors d’une conférence à l’Institut français du Laos organisée en partenariat avec l’École française d’Extrême Orient (EFEO).

Christine Hawixbrock, chercheur associé à l’EFEO, est historienne de l’art et archéologue, spécialiste du monde khmer. Elle a d’abord travaillé à Siem Reap, comme responsable de l’inventaire des pièces archéologiques de la Conservation d’Angkor puis comme chargée de fouilles au Palais Royal d’Angkor Thom.

Elle est actuellement chargée par l’EFEO et le ministère de l’Information, de la Culture et du Tourisme laotien des recherches sur le site de Nong Hua Thong, près de Savannakhet, où un exceptionnel trésor d’orfèvrerie d’origine variée (khmère et môn essentiellement) a été découvert par hasard en 2008. Le trésor se compose d’un assez grand nombre de pièces, objets rituels ou de prestige, dont deux plateaux et un bol en argent, datant probablement du VIIIème siècle, sur lesquels sont inscrits trois courtes inscriptions khmères.

JPEG
Par ailleurs, depuis 1991, Christine Hawixbrock conduit des recherches à Vat Phu en collaboration avec la direction lao de l’Archéologie dans le cadre du PRAL (CNRS - Projet de Recherches en Archéologie Lao).

L’ensemble religieux de Vat Phu est situé sur la rive droite du Mékong, à environ 30 km au sud de Paksé (province de Champassak), et a été inscrit au Patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO en 2001. Le sanctuaire semble remonter au moins au Ve siècle, même si les architectures les plus visibles et les mieux conservés datent en majeure partie des XIe et XIIe siècles et sont de style angkorien.

Financées par la Commission des fouilles du ministère des Affaires étrangères et européennes, les recherches archéologiques ont notamment permis de redécouvrir le système d’ondoiement permanent du temple, basé sur l’écoulement d’une eau captée depuis une source sacrée située en amont, dispositif tout à fait exceptionnel pour un temple khmer.

JPEG

Le temple principal est associé à une ville ancienne, située à environ cinq kilomètres, mesurant 2,3 km sur 1,8 km et visible uniquement sur photographies aériennes en raison du petit nombre de vestiges conservés.

Cette ville à double enceinte serait de période préangkorienne (attestée avec certitude pour les VIe-VIIe siècles après J.-C., mais apparue sans doute bien plus tôt, au II ou IIIe siècles) VIe-VIIe siècle après J.-C.). Les découvertes archéologiques les plus récentes confirment que la région de Vat Phu a dû être le berceau de la civilisation khmère.

Un ouvrage de synthèse regroupant tous les écrits anciens sur le site de Vat Phu, notamment les recherches archéologiques et épigraphiques conduites par l’EFEO dès le début du 20e siècle, paraîtra prochainement.

Dernière modification : 01/02/2012

Haut de page