Conférence sur l’épidémie de dengue à l’Institut français

L’Institut français de Vientiane a organisé hier la deuxième conférence du mois de septembre, qui présentait au public un état de la situation endémique de la dengue et du chikungunya.

Après une introduction rapide par le docteur Paul Brey, entomologiste et directeur de l’Institut Pasteur du Laos, la parole a été donnée à son confrère parisien, le Dr Marc Grandadam. Ses travaux en tant que virologiste et chef de laboratoire de virologie à l’Institut Pasteur, en ont fait un expert des maladies tropicales telles que celles qui préoccupent le Laos. Le Dr Grandadam a pris en main la première partie de la conférence présentant les étapes du cycle de transmission, les symptômes et la localisation géographique des virus de la dengue et du chikungunya.

Devant un public attentif, le docteur Paul Brey a ensuite évoqué les gestes de prévention et les actions menées par l’Institut Pasteur. Les deux intervenants laotiens, le Dr Malayvanh Lao Vongpayloth, virologiste, et le Dr Khampsing, entomologiste, ont été appelés sur scène pour présenter leurs travaux respectifs.

Le Dr Lao a d’abord évoqué l’évolution du nombre de patients présentant des symptômes et ayant été confirmés comme porteurs de l’un des quatre phénotypes du virus de la dengue. Elle a notamment insisté sur la nécessité de distinguer les cas confirmés des cas supposés de dengue, mais elle a surtout rappelé que, même pendant la saison sèche, le virus n’épargne pas l’homme.

Le Dr Vongpayloth a quant à lui exposé son itinérance dans les rues de Vientiane afin de repérer les gîtes larvaires à l’origine de l’expansion de l’épidémie. Il a expliqué qu’il s’agit majoritairement de récipients d’eau dans lesquelles les moustiques femelles pondent leurs œufs (seau, jouet en plastique, jarre, pots de fleurs, gouttière, etc.) et que la hausse du niveau de l’eau fait ensuite éclore. Il a rappelé que ces gîtes larvaires sont susceptibles de se former aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Avant de laisser le Dr Grandadam conclure la conférence, le Dr Brey a regretté le manque d’informations du grand public, qui pourrait facilement se prémunir de la dengue. Il cite en exemple le Vietnam, dont les comités publics ont mis en place une campagne de prévention de la dengue dans les écoles primaires.

Dernière modification : 30/09/2014

Haut de page