Discours d’Hubert SAGNIERES, Président-directeur général d’Essilor International

Monsieur Somsavat Lengsavad, vice-Premier ministre chargé de l’économie,
Monsieur l’Ambassadeur de France,
Dr Lien Thikeo, Ministre des Finances,
Dr Souphanh Keomisay, gouverneur de la province de Savannakhet,
Dr Bounkong Syhavong, vice-ministre de la Santé,
Monsieur Bouakham Sisoulath, gouverneur de la zone économique spéciale de Savan-Seno,
Mesdames et messieurs,

C’est un privilège et un honneur pour moi d’être parmi vous ce soir pour célébrer l’inauguration de notre nouvelle usine.

Je tiens tout d’abord à remercier Kittipong Tongtatop, directeur général d’Essilor au Laos, Yves Gillet, VP Opérations Asie Essilor International et Paul du Saillant, Directeur Général Adjoint du Groupe Essilor.

Nous sommes fiers d’inaugurer aujourd’hui notre usine, près de Savannakhet, dans cette province du Laos.
Pourquoi avons nous choisi ce pays ? Parce que le Laos est reconnu pour sa tradition d’accueil et pour son potentiel humain.
Nous croyons profondément au potentiel de ce pays et à la possibilité d’y développer le concept de « Made in Laos » associé au « Made in Essilor »

Nous sommes une jeune entreprise, avec 164 ans d’histoire dans le domaine de la vue.
L’aventure Essilor a démarré grâce à la détermination et les idées d’une équipe de pionniers, à l’image de Bernard Maitenaz, ingénieur et inventeur du Varilux, une invention française qui a convaincu depuis 1959 des centaines de millions de consommateurs dans le monde.
Et aujourd’hui, ce sont plus de 60 000 personnes qui, chez Essilor, sont mobilisées par notre mission commune « améliorer la vie en apportant une meilleure vision à chacun ».

Au service de cette mission, Essilor mise sur l’innovation qui est dans notre ADN depuis le début et constitue plus que jamais notre principal moteur :
Chaque année, le Groupe investit plus de 150 millions d’euros en Recherche et Innovation, pour développer les produits destinés à apporter à chaque consommateur les solutions visuelles nécessaires, où qu’il soit dans le monde, avec des offres de qualité adaptées aux besoins de chacun.
Aujourd’hui, près d’un milliard de personnes dans le monde portent nos produits.
Car la vision est précieuse. Corriger et protéger sa vue est primordial.

Malgré tout, sur les 4,3 milliards de personnes dans le monde ayant besoin d’une correction visuelle, seulement 1,8 milliard bénéficient d’une solution et 2,5 milliards de personnes n’ont à ce jour pas accès à des solutions pour corriger leur vue.
La mauvaise vision est le handicap le plus répandu au monde.

De plus, l’espérance de vie a tendance à s’allonger. Les problèmes de vue vont s’accélérer, avec notamment l’accroissement du nombre des personnes de plus de 45 ans qui sont donc touchées par la presbytie.
L’expansion de la myopie est également un facteur aggravant dans de nombreuses régions du monde.

Au Laos, sur une population de 6,5 millions d’habitants, on estime que 4,5 millions ont besoin de corriger leur vue. Mais parmi eux, malheureusement, seulement 300 000 ont une correction visuelle. Les autres ne voient donc pas bien.
Et nous savons que la mauvaise vision a un impact considérable sur la vie de chacun.

Au-delà de cet impact sur la vie d’un individu, la mauvaise vision a des conséquences sur les communautés et sur l’économie en général :
Le coût de la perte de productivité liée aux problèmes de vision est estimé à 70 milliards de dollars US en Chine et à 40 milliards en Inde. Au plan mondial, cela correspond à 275 milliards de dollars US !

La mauvaise vision est pourtant un handicap pour lequel toutes les solutions existent. En effet, 80% des défauts visuels peuvent être corrigés.

Attirer l’attention sur le problème de la mauvaise vision est une responsabilité partagée. Chacun a un rôle à jouer pour contribuer à déployer les solutions existantes et sensibiliser les populations à la nécessité d’une bonne vision.
Cette question ne doit pas être limitée aux acteurs de l’industrie optique ou aux ONG : c’est un problème qui doit être pris également en main par tous ceux qui peuvent faire évoluer les législations, afin de favoriser la prise en charge des personnes ayant besoin de correction visuelle.

Partout où il est implanté, le Groupe Essilor a lancé des initiatives en ce sens.
Au Laos, Essilor a activement œuvré ces dernières années en faveur de la bonne vision, grâce à la mobilisation de nos équipes thaïlandaises. Ce sont maintenant nos équipes laotiennes qui prennent le relais sur ces initiatives destinées à promouvoir la bonne vision.

Je souhaite à tous beaucoup de succès dans cette perspective et je remercie tous ceux qui ont contribué à concrétiser notre projet au Laos pour leurs efforts soutenus ces deux dernières années.

Célébrons ensemble la réussite de notre collaboration et misons sur un long et fructueux avenir pour Essilor au Laos.

Dernière modification : 07/04/2014

Haut de page