Discours de M. Yves Carmona à l’occasion de la fête nationale

Version lao
English version

Sabaidee !

Excellence M. Thongloun Sisoulith, vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères,
Excellences Mesdames et Messieurs les ministres et vice-ministres,
Excellences Mesdames et Messieurs les ambassadeurs,
Mesdames et messieurs, chers amis,

J’ai le plaisir de m’adresser à vous en ce 225ème anniversaire de la prise de la Bastille, date qui marque le début de la Révolution française et qui est rapidement devenue notre fête nationale, raison pour laquelle les anglophones l’appellent « Bastille day ».

Merci à toutes et à tous d’être venus nombreux. Cette année, pour la première fois, j’ai souhaité organiser une seule et même réception pour les hautes personnalités laotiennes, le corps diplomatique et aussi mes concitoyens qui en ont formulé la demande. Comme en France, c’est hier soir qu’a été organisée la fête populaire au sein de l’Institut français-centre de langue.

La fête nationale est ainsi placée sous le signe de l’intimité qui, plus que jamais, caractérise les relations franco-laotiennes, marquées depuis un an par de nouveaux progrès dans trois domaines.

Progrès politiques d’abord avec la visite officielle de Son Excellence M. Choummaly Sayasone, Président de la République démocratique populaire lao, en France du 21 au 25 octobre 2013, visite à laquelle vous-même, Excellence, avez participé ainsi que plusieurs autres membres du gouvernement. Après celle que le Président Hollande avait effectuée à Vientiane le 5 novembre 2012 en compagnie de votre homologue, M. Laurent Fabius, il s’agit d’un échange historique puisque jamais, dans l’histoire de nos deux nations, nos Présidents de la République ne s’étaient mutuellement rendu visite.

Son excellence le Président Choummaly a bien voulu passer assez de temps en France pour en visiter la deuxième métropole, Lyon, et consacrer une matinée à des échanges prometteurs avec les entreprises françaises déjà implantées dans ce pays ou qui projettent de le faire.

Vous-même, Monsieur le ministre, vous êtes allé à Toulouse visiter ces deux fleurons de l’industrie française et européenne que sont ATR et Airbus. Je me réjouis que Lao Airlines reste fidèle à ces deux constructeurs tout en participant aux nécessaires efforts pour renforcer la sécurité du transport aérien au Laos, auxquels la France est prête à apporter son amical concours. C’est un gage de progrès à l’heure de l’intégration régionale que marquera votre entrée dans l’ASEAN Economic Community en 2015, à laquelle la France accorde la plus grande attention. Aussi un représentant spécial du ministre des Affaires étrangères et du Développement international pour l’ASEAN a-t-il été nommé le mois dernier.

En effet, la dimension économique constitue plus que jamais une part décisive de notre relation, avec l’accent mis par mon gouvernement sur la diplomatie économique. A cet égard, l’année écoulée a été fructueuse.

J’ai eu le plaisir d’inaugurer dans la zone économique spéciale de Savan-Seno dont les débuts sont prometteurs, en compagnie de leurs Excellences Somsavad Lengsavad, vice premier ministre chargé de l’économie et Lian Thikeo, ministre des finances, l’usine Essilor ainsi que JP Investissement, deux nouvelles implantations françaises qui vont pleinement contribuer au développement du Laos.

C’est aussi l’investissement qui a été au coeur de la première semaine franco-laotienne de Vientiane. Engagée à l’initiative de cette ambassade et de la communauté d’affaires française, elle est vite devenue franco-lao par la volonté de votre gouvernement et du regretté Maire de Vientiane, feu Soukanh Mahalat, dont je salue la mémoire ainsi que celle des autres victimes des accidents aériens du 17 mai et du 16 octobre derniers. Les rendez-vous de Vientiane, en associant en quelques jours séminaire sur l’investissement, salon professionnel, colloque scientifique et manifestations culturelles et sportives ont été salués comme un succès qu’il faudra confirmer et approfondir l’année prochaine, si le gouvernement laotien le souhaite, à travers des modalités nouvelles, faisant plus de place à l’Europe.

Si nous avons pu organiser cette manifestation, c’est parce que de nombreuses entreprises françaises déjà installées au Laos montrent qu’on peut y prospérer. Je pense à l’électricien EDF au sein de NTPC, à l’assureur AGL au sein du groupe Allianz, à la BFL filiale commune de la BRED et la BCEL, au groupe commercial des frères Tang et bien d’autres. Les investisseurs observent votre pays avec attention, frappent à la porte et persévèrent même quand celle-ci est longue à s’ouvrir – je pense à Velcan énergie, Citelum, Bureau Véritas et Imprimerie nationale dont les hautes capacités sont à votre disposition.

Mais aussi les dizaines d’entrepreneurs individuels venus déployer au Laos leur talent et créer de nombreux emplois pour vos compatriotes. Plusieurs sont parmi nous ce soir pour faire goûter aux invités de cette réception le meilleur de la gastronomie et du vin français, nous découvrirons leurs produits après le toast.

Souvent installés ici de longue date et soucieux d’améliorer la qualité de leurs ressources humaines, ils sont comme nous tous particulièrement attachés aux efforts de formation. Je salue la participation au service ce soir, comme dans toutes les grandes occasions, des remarquables jeunes gens de LANITH, qui vont bientôt bénéficier de cours de français organisés en partenariat avec le centre français de langue.

Je signale aussi le premier concours de jeune designer organisé avec mon soutien par nos amis Michel Somsanouk Mixay et Pany Saignavongs, respectivement Président et fondatrice de la « Lao Fashion Week » et du Fonds de Développement des Jeunes Stylistes Lao. Notre ambition commune est d’envoyer le ou la jeune Lao qui sera retenu(e) en formation dans la capitale de la mode, Paris. Des sommes ont déjà été recueillies pendant la toute première « fashion week » organisée en mars cette année, il faut les compléter et j’invite celles et ceux qui veulent y contribuer à s’adresser à eux pour verser leur obole. Votre nom ou le nom de votre société seront mentionnés parmi les sponsors de la Lao Fashion Week et du Concours. D’avance, merci !

On le voit bien, la dimension humaine de notre relation reste primordiale. Plus que séculaire, elle a traversé l’Histoire en trouvant, avec les jeunes générations, une nouvelle vigueur.

Sur ce plan aussi, Monsieur le Ministre, la visite de Son Excellence le Président Choummaly en France a marqué les esprits, car il a ouvert les bras aux Français d’origine lao qui souhaitent, nombreux, renouer avec leurs racines, comme le Président français lui avait ouvert les bras en l’accueillant quelques heures auparavant au Palais de l’Elysée.
M. Vincent Eblé, Président du groupe d’amitié sénatoriale France-Laos qui est venu en visite en novembre 2013, le rappelle : une forte proportion de ses électeurs de Seine et Marne sont originaires du Laos. Reconnaissants à la France de les avoir accueillis et formés, ils constituent aussi une chance pour votre pays par leurs compétences et leur multilinguisme et animent bien souvent nos actions de coopération.

Rappelons que celle-ci, qui atteint 25 millions $ tout compris, porte sur de multiples domaines : agriculture et développement rural, santé, patrimoine, gouvernance, enseignement, échanges culturels et débats d’idées.

Elle s’appuie fortement sur des dizaines d’actions portées par des ONG, internationales aussi bien que laotiennes. Toujours concertées avec les administrations laotiennes, ces opérations sont destinées à la société civile et ne peuvent fonctionner qu’appuyées sur les associations. Aussi dois-je exprimer le vœu, Monsieur le Ministre, que ces ONG puissent retrouver la sérénité après le choc qu’a constitué la disparition en 2012, hélas inexpliquée, d’un de leurs dirigeants respectés. Pour que ces associations puissent se rassurer et faire au mieux leur travail, je forme le voeu que les autorités publiques leur accordent, comme nous-mêmes, leur confiance.

Enfin, je terminerai en soulignant l’importance de ce lien que constitue entre nos deux pays le partage de la langue française. La francophonie est portée à la fois par les efforts du Laos, membre de l’Organisation internationale de la francophonie que nous épaulons de notre mieux, par d’autres partenaires francophones et par nos établissements culturels, notamment le lycée Josué Hoffet.

Je sais, Monsieur le Ministre, que vous soutenez auprès de votre gouvernement la vocation d’utilité publique de cet établissement et j’ai bon espoir que la prochaine année scolaire voie enfin la réalisation d’un projet déjà ancien, son extension. Elle est indispensable pour qu’il puisse accueillir davantage d’élèves, Français, Laotiens et d’autres nationalités qu’appelle la qualité de son équipe pédagogique, dont je salue les efforts. Non contents d’amener leurs élèves à la réussite au baccalauréat, encore 100% cette année, ses enseignants dynamiques participent à la vie de la cité par leurs conférences, animations musicales et théâtrales. Ils entretiennent aussi les meilleures relations avec les classes bilingues, dont celle du lycée de Vientiane que j’ai invitée aujourd’hui à interpréter les hymnes nationaux de nos deux pays. Ces élèves ont été magnifiques et je les remercie, ainsi que leurs enseignants !

Pour finir, je tiens à remercier les entreprises qui ont contribué à l’organisation de cette réception, et tout particulièrement Lao Airlines :

PDF

Dernière modification : 16/07/2014

Haut de page