Discours de M. Yves Carmona à l’occasion de la revue annuelle bilatérale de la coopération franco-laotienne

A l’occasion de la revue annuelle bilatérale de la coopération franco-laotienne, l’Ambassadeur de France au Laos, M. Yves Carmona, M. Philippe Steinmetz, directeur régional de l’Agence française du développement (AFD) et M. Kikèo Chanthaboury, vice-ministre du Plan et de l’Investissement de la RDP Lao, ont signé une nouvelle convention de coopération, le lundi 8 juin 2015 au Ministère du Plan et de l’Investissement laotien.

JPEG

M. Yves Carmona a ensuite tenu un discours devant ses invités rassemblés à la Résidence de France.

***

"Je suis ravi de vous recevoir aujourd’hui à la Résidence de France à l’occasion de la revue annuelle de la coopération entre la France et le Laos, tenue aujourd’hui avec nos partenaires du ministère du Plan et de l’Investissement. C’est également une nouvelle page pour l’Agence française de développement au Laos qui change de direction. André POUILLES-DUPLAIX est en effet appelé à d’autres fonctions auprès du siège de l’AFD à Paris, un poste sans exclusivité géographique, alors aurons-nous peut-être la chance de le croiser à nouveau dans la région dans le futur.
C’est donc Philippe STEINMETZ que j’ai plaisir à vous présenter ce soir, qui succède à André. Philippe nous vient lui du siège parisien et sera responsable, comme l’était André, de l’agence AFD tant au Laos qu’au Cambodge. Le reste de l’équipe en place à Vientiane ne connaîtra pas d’autres changements pour les prochains mois.

Excellence(s), Mesdames et Messieurs, la relation franco-laotienne est historique et le partenariat économique, social et culturel pour le développement entre nos deux pays est solide. Les deux récentes rencontres présidentielles, à un an d’intervalle, ainsi que de nombreuses rencontres ministérielles sont les preuves du dynamisme de nos relations.

L’engagement de la France au Laos est soutenu, diversifié et coordonné.

Soutenu car l’aide publique au développement bilatérale française au Laos a été continue depuis plus de 20 ans et se stabilise depuis l’année 2010 autour de 15 millions de dollars de dons décaissés par an. A cette aide, déjà conséquente en des temps budgétairement encore difficiles en 2015, viennent s’ajouter toutes les contributions multilatérales et régionales de la France qui, cumulées pour le Laos, nous amènent à un montant supérieur à 25 MUSD par an.

L’aide française vise à faciliter la mise en œuvre du plan de développement socio-économique de la RDP Lao (agriculture, santé, développement urbain) et à accompagner le gouvernement laotien dans son objectif de sortir de la liste des PMA et son processus ambitieux d’ouverture.

Au-delà, la France mise surtout le capital humain. Notre aide dans les domaines de la recherche, de l’éducation, de la culture, et notre assistance technique dans une diversité de domaines vise à soutenir la compétitivité du Laos et un développement durable et humain.

Notre aide est diversifiée.
En attestent la grande variété des sources de financement et des acteurs et opérateurs mobilisés pour répondre de manière ciblée et pertinente aux différents besoins : mon ministère (via en particulier l’Institut français, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger, Campus France), l’AFD, et les collectivités (régions et villes) françaises participent au financement de cette aide.

Notre aide est coordonnée, je dirai même concertée, avec les autorités nationales.
Notre rendez-vous d’aujourd’hui avec le ministère du Plan et de l’Investissement en témoigne. Nous la déployons en collaboration avec nos autres partenaires du développement :

-  La société civile :
La contribution des organisations non-gouvernementales est une clé du développement du Laos, de par leur connaissance de terrain et leur appréciation des besoins des populations pauvres, qui en font des partenaires essentiels du développement. L’importance que nous accordons à ces acteurs se traduit par la promesse faite par le Président Hollande que « la part de l’aide française qui transite par les ONG soit doublée d’ici 2017 » au niveau mondial, promesse qui a d’ailleurs commencé à être mise en œuvre dès 2013.

-  Nos partenaires bi/multilatéraux et les contributions renouvelées de la France, aux premiers rangs desquels l’Union européenne, les agences des Nations Unies et en particulier le Fonds mondial contre les trois grandes pandémies dont les prévalences sont encore très importantes au Laos.

-  Le secteur privé : Notre contribution au développement n’est pas limitée à l’aide publique car elle comprend aussi les investissements français. Ils ont été significatifs sur les cinq dernières années (EDF international, BRED, Essilor) et ont été confortés récemment par un accord entre le Bureau Veritas et les douanes laotiennes mais aussi par la visite en France du Vice-premier ministre de la RDP Lao chargé des Affaires Economiques, SEM. Somsavat Lengsavad. Par ailleurs, dans le domaine du tourisme, je me réjouis que le groupe ACCOR poursuive son implantation au Laos.
Bien sûr le secteur de l’hydroélectricité sur lequel la Compagnie Nationale du Rhône et le ministère de l’Energie et des Mines ont également renforcé leur appui au début de cette année. Nous appelons au développement de ces investissements exemplaires. Ils sont l’expression d’un intérêt économique partagé, porteurs d’emplois pour la jeunesse laotienne et sont sources de revenus pour l’Etat laotien, et ce dans le souci d’une gestion durable des ressources.

-  Enfin, notre réseau de chercheurs, dont l’apport est essentiel pour penser un modèle de développement soutenable, durable et inclusif. Le renfort des capacités dans ce domaine est indispensable, au Laos, mais partout dans le monde.
-  En un mot ou plutôt en quatre, entre toutes les actions par lesquelles la France concourt au développement du Laos, je soulignerai 1) notre extrême attention à l’identité culturelle – le patrimoine -, 2) la cohésion sociale – développement rural, ONG, gouvernance, 3) l’amélioration des qualifications – les bourses et enfin 4) la capacité à communiquer pas seulement avec les voisins asiatiques - la francophonie.

Excellences, chers amis, cet accompagnement sur la durée se traduit, entre autres, par l’engagement de l’AFD dont nous fêtions l’an passé la 20ème année de présence au Laos. Les succès de cette coopération sont nombreux : Luang Prabang, le développement de la filière café sont parmi les projets les plus marquants de cette aide, et dans l’esprit de tous. Ce succès des dernières années, nous le devons aussi, bien entendu, au dynamisme, à la ténacité parfois, de l’équipe en place et de son directeur. A nouveau, un grand merci à André Pouillès-Duplaix pour ces quelques années de collaboration, ce fut très enrichissant et productif. André, nos amis laotiens ici présents le savent, a été bien plus qu’un Directeur du bureau régional, mais il a profondément aimé ce pays à travers une vision du développement que je partage et il a su plaider sa cause, qu’il en soit remercié.

Bonne chance à Philippe Steinmetz dans sa nouvelle mission, qui sera secondé par Olivier Gilard, responsable du bureau de Vientiane et les agents qui l’entourent au quotidien, avec conviction et efficacité pour relever ces nombreux challenges liés aux métiers du développement.

Je vous remercie de votre présence pour fêter, ensemble, cette revue annuelle de notre coopération, et rendre l’hommage mérité à l’équipe de l’AFD dont je remercie encore la directrice-adjointe du Département Asie d’avoir fait le déplacement de Paris pour être parmi nous aujourd’hui. "

Dernière modification : 09/06/2015

Haut de page