Inauguration d’une usine Essilor à Savannakhet - Discours de l’Ambassadeur

Mercredi 2 avril à Savannakhet avait lieu l’inauguration officielle de la nouvelle usine de production de verres ophtalmiques du groupe français Essilor. A cette occasion, l’Ambassadeur de France au Laos a prononcé le discours suivant.

"Excellence M. Somsavat Lengsavad, vice-Premier ministre chargé de l’économie,
Excellence M. Dr Lien Thikeo, Ministre des Finances,
Excellence M. Dr Souphanh Keomisay, gouverneur de la province de Savannakhet,
Excellence M. Dr Bounkong Syhavong, vice-ministre de la Santé,
Excellence Bouakham Sisoulath, gouverneur de la zone économique spéciale de Savan-Seno,
MM. Hubert Sagnieres, PDG d’Essilor International, Paul du Saillant Directeur général d’Essilor International et M. Kittipong Tongtatop, directeur de l’usine d’Essilor,

C’est pour moi un grand plaisir et une grande fierté de me trouver en votre compagnie pour participer à l’inauguration de la 22ème usine Essilor à travers le monde, dans la zone économique spéciale de Savan-Seno.

Un grand plaisir car j’observe un an après ma première visite ici-même que le projet, alors naissant, est devenu réalité : l’usine est là, sous nos yeux, bien visible et c’est le moins qu’on puisse attendre d’une usine de fabrication de verres de lunettes !

Une grande fierté aussi car une fois de plus une entreprise française de réputation mondiale, appartenant au CAC 40, contribue au développement économique du Laos par un investissement important (14 Millions $), suivant notamment les exemples récents d’EDF avec le barrage de Nan Theun 2 et de la BRED qui a créé, avec la BCEL, la Banque franco-lao dont le réseau d’agences irrigue maintenant tout le pays, y compris dans cette zone économique. Les entreprises françaises sont de loin les plus nombreuses parmi les entreprises occidentales et constituent le socle de la chambre de commerce et d’industrie européenne au Laos (ECCIL), symbole de notre engagement européen résolu. Sans oublier le rôle majeur de « Savan Logistics » dirigée à Savannakhet par Jean-Pierre Grzelczyk.

Ainsi, d’après les dernières données disponibles, la France est dans ce pays le 5ème investisseur étranger et le 1er non asiatique, elle est aussi son 4ème fournisseur, notamment grâce aux ventes d’avions qui viennent régulièrement renforcer la flotte de Lao Airlines que je remercie de sa confiance.

Essilor, entreprise mondiale, déjà présente dans 56 pays, y compris avec plusieurs usines en Asie, notamment en Thaïlande, mais aussi avec un centre d’innovation technologique à Singapour, incarne l’excellence française. Ancrée dans une histoire de plus de 160 ans, elle a su traverser le temps non dans le repli sur soi mais au contraire à travers l’innovation et la conquête des marchés mondiaux. Cette nouvelle implantation n’est donc en rien un choix opportuniste de délocalisation au détriment de la France mais un choix d’expansion et de diversification à partir de son site thaïlandais.

Je salue l’action approfondie de formation qui a été réalisée par Essilor avec le lycée technique Xaysombath pour accomplir la formation, dans un pays encore dépourvu de tradition industrielle, des quelque 250 salariés laotiens qu’elle emploie déjà et dont elle vise à augmenter le nombre à mesure de la montée en puissance de sa production.

J’y vois l’illustration d’un des points forts de la coopération franco-laotienne, la volonté partagée de promouvoir l’homme à travers l’éducation, à laquelle notre pays consacre une part importante de son aide au développement.

Chacun le sait, les relations franco-laotiennes ont connu ces dernières années un développement remarquable, marqué par deux visites présidentielles historiques, celle de M. François Hollande à Vientiane le 5 novembre 2012 et celle de SE M. Choummaly Sayasone en France du 21 au 25 octobre 2013. Vous-même, Monsieur le vice-premier ministre, avez effectué un voyage de promotion du site laotien en avril 2013 et nombreuses sont les visites à caractère économique qui émaillent notre relation. Celle-ci s’est illustrée du 26 au 30 novembre 2013 dans l’organisation conjointe par les autorités françaises et laotiennes ainsi que du secteur privé des « rendez-vous de Vientiane ». Monsieur le vice-premier ministre, vous avez bien voulu inaugurer cette manifestation par un discours en français, ce qui en a surpris beaucoup - pas moi, j’ose le dire, connaissant votre attachement à notre langue et à notre pays, dont je vous remercie vivement.

Personne n’ignore le rôle que vous avez joué pour faciliter l’accueil d’Essilor dans cette zone économique, comme d’autres entreprises étrangères que l’on aperçoit et dont le nombre va se multiplier. Aussi ai-je confiance dans votre volonté de faire en sorte que cette politique résolue d’accueil des investisseurs étrangers, à l’orée de la mise en œuvre de la communauté économique ASEAN fin 2015, s’intensifie, y compris par les aménagements souhaitables de votre législation sur le travail ou, dans un domaine différent mais convergent, l’autorisation que j’espère imminente d’agrandir le lycée Josué Hoffet à Vientiane, indispensable à nos futures coopérations.

D’autres entreprises françaises restent fidèles à votre pays comme Agroforex et le groupe Exotissimo et certaines frappent à la porte et vous les connaissez, pour n’en citer que quelques-unes : Citelum, Bureau Veritas, qui propose de réaliser le guichet unique pour faciliter l’ouverture commerciale du Laos, l’imprimerie nationale, mais aussi dans le secteur de l’énergie GDF-Suez et Alstom et dans celui des transports Sytral et Thalès. Nul doute que l’événement d’aujourd’hui les encourage et derrière elles bien d’autres dans tous les secteurs à contribuer au développement économique responsable de ce magnifique pays."

Dernière modification : 08/04/2014

Haut de page