Inauguration de l’Institut Judiciaire

Lundi 5 janvier 2015 avait lieu l’inauguration de l’Institut Judiciaire sur le campus de l’école de Droit situé à Ban Meuang Noy, District de Xaysettha, Vientiane. Soutenu par l’ambassade de France au Laos, cet établissement dispensera la première formation professionnelle de la Justice de la RDP Lao (métiers du Juge, du procureur et de l’avocat).

La cérémonie s’est tenue en présence du ministre de la Justice M. Bounkeut Sangsomsack, de son vice-ministre M. Ket Kiettisak ainsi que de deux magistrats français MM. Patrice Davost et Benoît Chamouard, représentant l’Ecole nationale de la magistrature.

M. Patrice Davost
M. Bounkeut SANGSOMSACK, ministre de la Justice

A cette occasion l’ambassadeur de France au Laos, M. Yves Carmona, a prononcé le discours suivant :

Votre Excellence M. Bounkeut SANGSOMSACK, ministre de la Justice,
Votre excellence M. le Professeur Ket KIETTISAK, Vice-Ministre de la Justice,
Votre excellence M. Kampha SENGDALA, Vice-Président de la Cour Populaire Suprême
Votre Excellence M. Langsy SIBOUNHEUANG Vice Procureur général
Mesdames et messieurs les hauts-représentants ministériels,
M. Patrice DAVOST et Benoît CHAMOUARD, représentant le Directeur de l’Ecole nationale de la magistrature,
Chers collègues du corps diplomatique et représentants des organisations internationales,
Chers étudiants,
Mesdames et messieurs,

Dans une carrière de diplomate, on travaille généralement pour ses successeurs en négociant puis en signant des accords de coopération qu’on a rarement l’occasion de voir aboutir en raison de nos rotations rapides.

Cette inauguration de l’Institut Judicaire est donc un plaisir rare et un grand honneur car elle symbolise la réussite d’accords bilatéraux signés au plus haut niveau, lors de la rencontre historique entre les présidents laotien et français le 5 novembre 2012, et démontre l’engagement de tous pour faire aboutir ce projet dans un délai très bref.

C’est en effet à peine plus de deux ans après la signature de cet accord, dont l’axe prioritaire était de soutenir l’ouverture d’une formation professionnelle de haut niveau pour les juges, procureurs et avocats laotiens, que nous nous réunissons aujourd’hui. Une formation unique, obligatoire, sélective, tournée non pas vers l’étude des règles mais pour leur mise en application pour ces trois professions clés du système juridique et judiciaire dont la mission quotidienne est de faire vivre l’état de droit, professions d’égale importance pour une société plus juste.

Je suis ainsi en mesure de faire savoir à mes plus hautes autorités, et soyez assuré que je n’y manquerai pas, que les engagements pris lors de la visite présidentielle sont déjà en train de se concrétiser.
Ce succès, c’est d’abord le vôtre, Monsieur le Ministre, mais aussi bien sûr celui des autorités laotiennes, de votre ministère, de la Cour populaire suprême, du Bureau du procureur général et de l’association des avocats laotiens. Le besoin d‘une telle institution était flagrant, néanmoins sa réalisation présentait un réel défi. Vous l’avez entrepris avec énergie et ouverture d’esprit, multipliant les visites à vos pairs au Vietnam, en Thaïlande, au Japon et bien sûr en France. L’institut judiciaire n’est en rien la copie d’un autre modèle, c’est une nouvelle institution laotienne qui s’inspire des meilleures pratiques internationales. Je tiens à féliciter le comité exécutif de l’Institut Judiciaire et en particulier le Dr. Chomkam BOUPHALIVANH pour avoir su consulter, penser et créer cette institution laotienne dans un tel laps de temps.

Ce succès est également important pour vos partenaires, au premier rang desquels la France. Le Programme des nations unies pour le développement, les autres agences onusiennes engagées dans le secteur juridique et judiciaire, les partenaires européens, japonais, américains, tous ont travaillé de concert car, je pense pouvoir le dire, tous étaient convaincus de l’importance de cette formation unique.

La France a bien évidemment engagé des moyens financiers sur ce programme, mais le plus important était pour nous de partager notre expérience, en mettant à votre disposition des professionnels reconnus. C’est ce que nous avons fait grâce à l’Ecole nationale de la magistrature et aux avocats de renom regroupés au sein d‘Avocats sans frontières, dont je salue les représentants présents aujourd’hui. Je remercie vivement mes compatriotes pour avoir partagé leurs expériences, leurs savoirs et leurs valeurs pour la création de cet Institut.

C’est un succès mais ce n’est qu’une étape. Cette jeune formation qui s’ouvre aujourd’hui pour une année pilote, est amenée à mûrir, évoluer, se renforcer. Nous serons également à vos côtés pour cette phase qui s’ouvre, aux côtés de votre direction et des formateurs pour que l’Institut Judiciaire accomplisse dans la durée sa noble mission.

Permettez-moi de conclure avec un mot pour les acteurs les plus importants de cette journée : les étudiants et étudiantes, que je me réjouis de voir aussi nombreuses, de cette première promotion. Tout d’abord je vous félicite d’avoir été choisis, après un processus de sélection sans complaisance. Vous êtes les futurs juges, procureurs et avocats du Laos, quelle mission passionnante vous attend ! Je vous souhaite une année de formation riche de savoirs et d’expériences, qui fera de vous de futurs grands professionnels.

Monsieur le Ministre, permettez-moi de vous souhaiter, et à travers-vous à tous vos collaborateurs, une bonne année 2015. Avec l’inauguration de ce jour, 2015 sera sans nul doute une bonne année de formation pour les étudiants, une année riche de travail pour les dirigeants et formateurs de l’Institut Judiciaire, une année d’intense coopération franco-laotienne, une année de progrès sur le chemin de l’Etat de Droit.

Dernière modification : 06/01/2015

Haut de page