L’Ambassadrice inaugure les Journées de la Recherche pour le Développement à l’Institut Français

L’ambassadrice de France au Laos Mme Claudine Ledoux a inauguré la 5ème édition des Journées de la Recherche pour le Développement à l’Institut Français.

Discours de Son Excellence Mme Claudine Ledoux, Ambassadrice de France en République Démocratique Populaire Lao, à l’occasion de l’ouverture des journées de la recherche pour le développement, le 23 octobre 2015 à l’Institut Français du Laos.

Mesdames et messieurs les chercheurs et experts
Mesdames et messieurs,
Chers étudiants,

C’est avec une réelle joie que j’inaugure la 5ème édition des journées de la recherche pour le développement.

Ces journées de la recherche sont pour l’ambassade de France un moment important de l’agenda annuel. Elles symbolisent, elles sont l’expression d’une triple ambition.

Premièrement, l’ambition de valoriser les travaux scientifiques des très nombreux chercheurs œuvrant au Laos et dans la sous-région (près d’une centaine rien qu’entre le CIRAD et l’IRD). Nombreux sont les chercheurs, y compris français, qui ont dédié leur carrière à l’étude de l’évolution rapide que connait ce sous-continent, en matière économique, sociale, sanitaire, agronomique… Ces journées leur offrent une tribune et nous l’espérons leur permettra également d’enrichir leurs réseaux disciplinaires et multidisciplinaires.

La deuxième ambition que portent ces journées est celle d’alimenter les débats sur le développement. Le Laos connaît une croissance et une évolution économique, sociale et environnementale rapide. Le rythme soutenu de ces évolutions rend encore plus prégnant le besoin d’analyser et de comprendre les transitions en cours afin de garder le cap, celui d’un développement durable et inclusif.
J’ai bon espoir que les discussions qui se tiendront durant cette journée puissent y contribuer. Son excellence, Mme la Vice-ministre de l’Environnement a accepté d’ouvrir le panel qui aura lieu cet après-midi. Je l’en remercie chaleureusement et crois que cela montre bien cette volonté partagée d’échanger avec les scientifiques.

La troisième ambition de cette nouvelle édition est celle de la promotion des sciences, du débat et de l’esprit scientifique, auprès du public et en particulier des jeunes laotiens. Le Laos est engagé dans une ouverture régionale et mondiale laquelle intensifie les échanges humains et économiques mais offre aussi l’opportunité, peut-être même l’obligation, d’intensifier en particulier les échanges de savoirs et d’idées. J’espère que cet événement, à son échelle, y contribuera.

Les éditions précédentes des Journées de la recherche traitaient notamment du développement économique local, de l’urbanisme, du développement agricole et des relations avec le développement sanitaire.

Cette année, c’est le dérèglement climatique qui est à l’affiche.
La prochaine Conférence des parties (COP21) débutera en effet à Paris dans quelques semaines. Ce sera la plus importante conférence internationale jamais réalisée sur le sol français. Environ 40.000 participants à différents niveaux, 190 délégations du monde entier.

Le Laos y sera représenté et nous nous félicitons que le gouvernement de la RDP lao ait déjà pu communiquer au secrétariat chargé de la conférence les mesures que les dirigeants de ce pays entendent mettre en œuvre pour participer à la réduction des émissions des gaz à effet de serre et au ralentissement du réchauffement de notre planète.

Ce thème est transversal et majeur pour le développement. L’enjeu n’est donc pas seulement d’aboutir à un accord entre Etats aussi complet et contraignant que nécessaire ; la question climatique est l’affaire de tous. Tous c’est-à-dire les entreprises, les villes, les régions, les investisseurs, les syndicats, les ONG, les citoyens. Tous sont des acteurs de la protection de la Terre et responsables de l’avenir des jeunes et des futures générations (je salue la présence d’étudiants dans la salle ce matin).

Eu fil des présentations, nous verrons comment concilier développement et changement climatique, comment adapter les modes de fonctionnement face à ce phénomène induit par l’action de l’homme que l’on appelle « progrès », « industrialisation », « mondialisation », « modernité », etc. Et au plus proche de vous, de nous, comment adapter le meilleur des modèles de développement au cas du Laos.

Avant de conclure, je tiens à remercier très chaleureusement les scientifiques et experts qui ont répondu à l’appel aujourd’hui, votre contribution nous est précieuse. Je tiens également à remercier les institutions partenaires qui nous apportent leur soutien, le Ministère des Sciences et de la Technologie, le Ministère des Ressources naturelles et de l’environnement, une mention spéciale pour le CIRAD qui propose également une exposition que l’on peut voir à l’extérieur de cet auditorium. Je remercie enfin l’équipe de l’Ambassade et de l’Institut Français pour l’organisation de cette succession de conférences.

Si vous me le permettez, il est je crois maintenant temps de lancer cette journée, qu’elle soit riche en débats.

Je vous remercie.

Dernière modification : 23/10/2015

Haut de page