L’Europe est forte

Tribune commune des ambassadeurs de France, du Royaume-Uni et d’Allemagne et du Chargé d’affaires de l’Union européenne.

English version
Lao version (PDF)

L’Europe, c’est la paix, définitivement établie parmi ses 28 États-membres. L’Europe est aussi capable de rétablir la paix au-delà de ses frontières. Elle a tiré les leçons de la tragédie de l’ex-Yougoslavie et a mis en place les moyens d’intervenir de manière pragmatique quand c’est possible, toujours en conformité avec les mandats des Nations Unies. C’est notamment la raison d’être du SEAE dirigé par Mme Ashton en concertation avec le conseil des affaires étrangères de l’Union.

L’Europe a agi en Asie, faut-il le rappeler, par la mission de surveillance à Aceh (MSA) qui a facilité la réconciliation nationale en Indonésie depuis 2005. Elle agit fréquemment en Afrique et pas seulement en République Centrafricaine en soutien à la MISCA, opération engagée pour mettre fin à la guerre civile, mais aussi avec la Mission de formation de l’Union européenne au Mali (EUTM-Mali), avec l’opération Atalante pour la lutte contre la piraterie maritime au large des côtes somaliennes. Elle est également présente en Afghanistan (mission de police EUPOL) et en Syrie (aide humanitaire aux populations).

Elle s’y efforce aujourd’hui même en Ukraine où nos ministres, M. Fabius, M Steinmeier, M. Hague et Mme Ashton avec leur collègue polonais M. Sikorski ont contribué à juguler, espérons-le définitivement, la violence qui avait déjà coûté plus de 80 vies à Kiev.

Quelles sont les armes de l’Europe ? Son modèle démocratique, son respect des libertés et des droits de l’homme, sa capacité à intégrer les peuples vivant sur son sol quelles que soient leurs langues, leurs cultures, leurs religions et leurs choix politiques pourvu qu’ils soient conformes à ces valeurs. Des élections vont avoir lieu en mai 2014 pour le Parlement européen, dont les résultats seront reflétés par une nouvelle commission européenne et un nouveau Président du conseil de l’Union. C’est un nouveau pas important vers plus de démocratie dans l’Union.

L’Europe est aussi en train de redresser son économie. L’euro compte son 18ème membre depuis le 1er janvier dernier, reste une monnaie forte par rapport aux autres grandes monnaies car assise sur une économie développée et cohérente, grâce à un marché unique construit depuis des décennies et grâce à des finances publiques en voie d’assainissement. Des réformes sont engagées pour faire mieux fonctionner l’Eurogroupe, elles feront débat, c’est la méthode européenne. L’Union contribue ainsi, dans les négociations financières internationales, à l’adoption des nécessaires mesures destinées à mettre un place un système plus stable et plus juste, notamment en luttant contre la criminalité financière (blanchiment d’argent sale, évasion fiscale) qui l’ébranle de longue date.

Enfin, l’Europe est plus que jamais un partenaire majeur des pays en développement les plus pauvres. On l’oublie trop souvent, l’Europe est le premier donateur d’aide publique au développement couvrant près de 60% de l’aide mondiale. Au Laos, c’est bon an mal an 70 M€ qui sont dépensés par l’Union et ses États-membres pour lutter contre la pauvreté. L’investissement des entreprises européennes, le plus souvent en partenariat avec des entreprises laotiennes, constitue une des clés de la croissance à 8% que va continuer de connaître ce pays.

Sous réserve que l’indice de développement humain connaisse une progression parallèle, le Laos sortira ainsi en 2020 de la catégorie des PMA et l’Europe l’accompagne dans cette démarche.

M. Yves Carmona, Ambassadeur français, M. Michel Goffin, Chargé d’Affaires de l’UE, M. Philippe Malone, Ambassadeur britannique et M. Robert Von Rimscha, Ambassadeur d’Allemagne

Dernière modification : 05/03/2014

Haut de page