Point sur les relations bilatérales franco-laotiennes - juillet 2009

Point sur les relations bilatérales franco-laotiennes

Coopération et échanges économiques

juillet 2009

Flag-Pins-France-Laos - JPEG

Les programmes de la coopération française, qui convergent avec les priorités nationales du plan national de développement socio-économique et de la stratégie nationale pour la croissance et l’’éradication de la pauvreté du Laos, couvrent trois domaines qui concentrent la plus grande partie de nos moyens : santé, agriculture et développement urbain et patrimoine. En dehors de ces trois secteurs de concentration, notre coopération est active dans les domaines de la Francophonie et de la culture, de la gouvernance, de l’’enseignement supérieur et de la recherche. Enfin, les échanges économiques, qui constituent une dimension importante des relations franco-laotiennes, sont en nette progression.

Santé

Notre coopération est engagée dans le secteur essentiel de la santé, dans le cadre de réforme défini par le Ministère de la Santé, par le biais de deux programmes significatifs lancés en 2007-2008. Le premier est un programme d’’appui à l’’enseignement supérieur médical, qui a d’’ores et déjà permis la mise en œuvre ou la consolidation de quatre spécialisations (DES) en gynécologie-obstétrique, radiologie, biologie médicale et anesthésie, auxquels s’’ajouteront prochainement quatre nouvelles formations en chirurgie, pédiatrie, médecine interne et ophtalmologie. Ce résultat est rendu possible par un important travail de mise en réseau des acteurs institutionnels comme associatifs et la valorisation des compétences hospitalo-universitaires au Laos, en France et dans la sous-région, devant naturellement déboucher sur des partenariats structurés et pérennes. Le site Internet du programme a été lancé en juin 2009 et permet notamment une connaissance en temps réel du développement des activités et des acteurs impliqués.

Notre deuxième programme, porté par l’’Agence Française de Développement (AFD) concerne l’’offre et la qualité des soins. Il vise la mise en place d’’un système d’’assurance sociale pour les plus démunis au niveau des districts, le renforcement de la capacité de réponse nationale pour la lutte contre les maladies émergentes, notamment par la prise en charge des personnes vivant avec le VIH-SIDA et la création de l’’institut Pasteur du Laos. La contribution significative de la France au Fonds global pour la malaria, le VIH-SIDA et la tuberculose forme la base de son action dans ce domaine essentiel au développement du Laos.

Avant la fin de cette année, nous lancerons grâce à ces deux programmes la construction de l’’Institut Pasteur du Laos et les travaux de réhabilitation du bâtiment historique de l’’Ecole de Médecine et de construction d’’un bâtiment annexe. Ces constructions viendront compléter le nouveau pôle constitué autour de l’’Université des Sciences de la Santé avec la réhabilitation des bâtiments de la faculté de Pharmacie par La Fondation Pierre Fabre et la construction du Centre Christophe Mérieux inauguré en janvier dernier.

Agriculture

Nous développons notre investissement dans le secteur du développement rural et agricole en partenariat avec le Ministère de l’’Agriculture. En tant que co-présidente du groupe de travail des bailleurs de fonds pour l’’agriculture et le développement rural, la France a contribué à l’’élaboration du programme « Uplands », associant dans sa démarche de définition et de réalisation le gouvernement laotien et plusieurs bailleurs de fonds pour un montant global de 15 millions d’’euros. Ce programme vise à développer les régions rurales reculées du Nord du Laos dans une logique de réduction de la pauvreté. Par ailleurs, le soutien au développement au développement de filières et de labellisation de certains produits de qualité tels que le café du Plateau des Boloven de la production à la commercialisation se poursuit.

Par ailleurs,le projet de l’’AFD visant à mettre en place une gestion intégrée des ressources en eau sur le bassin de la Nam Ngum a été mené à terme. Nous nous sommes engagés dans une logique d’’ « approche programme » dans la perspective d’’une intervention à l’’échelle nationale en recherchant la mise en cohérence des interventions entre différents bailleurs. Il s’agit ainsi pour la France et ses partenaires de mettre en oeuvre les engagements internationaux des Déclarations de Paris et de Vientiane en faveur de l’’harmonisation et de l’efficacité de l’aide au développement.

Développement urbain et patrimoine

La France est impliquée depuis une quinzaine d’’années dans la préservation de Luang Prabang, ville inscrite au patrimoine mondial de l’’UNESCO en 1995. L’action concertée du gouvernement laotien, de l’UNESCO et de la France a permis la préservation et la mise en valeur du site mais aussi un important développement économique créant plusieurs milliers d’emplois et faisant ainsi de ce projet un véritable projet de développement. La signature en juin 2009 de la convention du projet d’’aménagement et de développement urbain de Luang Prabang (PADUL), pour un montant de deux millions d’’euros consacre l’’engagement de long terme de la France pour la préservation du patrimoine et le développement urbain de cette ville d’’exception. Outre un programme de travaux important, cette nouvelle intervention mettra aussi l’’accent sur le volet institutionnel du projet avec un renforcement de la Maison du Patrimoine et des autorités provinciales, pour qu’’elles disposent des outils nécessaires pour assurer une gestion rigoureuse et un développement harmonieux. Elle intègre également le co-financement d’’actions menées par la Région Centre et la Ville de Chinon.

Par ailleurs, le projet de mise en valeur du Vat Phu, conduit en partenariat avec le Ministère de la Culture et de la Communication, poursuit son appui au service d’’administration et de gestion (SAGV) à qui incombe la responsabilité de l’’animation de ce site classé au patrimoine mondial de l’’UNESCO. Le chantier école a démarré qui doit permettre la restauration et la mise en sécurité de bâtiments en danger. De nombreuses initiatives ont été prises par le SAGV pour améliorer l’’administration du site, qu’’il s’’agisse des espaces verts, de la circulation ou de l’’accueil d’’un public en augmentation constante.

Enfin, sur le plan du développement des infrastructures urbaines, l’’AFD poursuit son appui à la Société des eaux de Vientiane, concernant la production d’’eau et plus largement la problématique de la gestion de l’’eau. Ce projet associe également le Syndicat des Eaux d’’Ile-de-France.

Francophonie et culture

L’’engagement du Laos ainsi que son ancrage dans le mouvement francophone ont été confirmés ces derniers mois. Le Laos a accueilli en avril 2009 une importante réunion de la commission politique de l’’Assemblée Parlementaire de la Francophonie et, début juillet, un séminaire-atelier de la Conférence des Ministères de l’’Education de l’’ensemble francophone. Plusieurs dizaines de représentants des pays membres de la Francophonie ont participé à ces réunions et ont.

La France place l’’enseignement du français au Laos au nombre des priorités de sa coopération. Elle soutient ainsi la réforme de l’’enseignement menée par le Ministère de l’’Education Nationale, notamment en ce qui concerne l’’enseignement des langues vivantes étrangères et les classes bilingues. Notre soutien au renforcement du français se concrétise également par la mise à disposition d’’une assistance technique à l’’Université nationale du Laos et à l’’Université des sciences de la santé et par une offre de formation générale et sur objectifs spécifiques dispensée au Centre de langue française. Nos actions s’’inscrivent dans un partenariat avec l’’Agence Universitaire de la Francophonie.

Le Lycée Français Josué HOFFET, qui accueille chaque année davantage d’’élèves laotiens, doit s’’étendre pour répondre à de nombreuses demandes d’’inscription ; la construction d’’un nouveau bâtiment sera lancée dès cette année avec l’’aide financière du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes.

Dans le domaine culturel, le Centre de Langue Française (CLF) constitue l’’un des foyers de culture et d’’éducation les plus vivants de Vientiane. Doté d’une médiathèque très fréquentée aux collections régulièrement enrichies, le CLF a accueilli en 2009 à Vientiane, et dans sa nouvelle antenne de Luang Prabang, plus de 5000 apprenants de français langue étrangère. Il organise régulièrement des activités artistiques variées et de qualité où se rencontrent les deux cultures : grand concert du virtuose Cyprien Katsaris au Palais de la Culture en novembre 2008, Guinguette- Festival du Mékong au bord du fleuve en mars 2009 où ont afflué 10 000 personnes dans une atmosphère de fête populaire.

Le CLF travaille en partenariat avec des institutions laotiennes du secteur de la culture et des arts telles la Faculté des Beaux-Arts de Vientiane, l’’école des Beaux-Arts de Luang Prabang, Savannakhet et Champassak, l’’Ecole Nationale de Musique et de Danse, ou encore le Cirque National, en organisant des ateliers de formation et en créant des manifestations en commun. Des artistes et créateurs laotiens de toutes disciplines sont régulièrement invités en France (danseurs du collectif Lao Bang Fai, molam et mokhènes de Champassak, étudiants des Beaux-Arts de Vientiane et Luang Prabang...) où leur talent rencontre un grand succès.

La coopération française est également active dans le secteur des médias et de l’écrit. Outre la présence d’un hebdomadaire, Le Rénovateur et de pages francophones dans le quotidien anglophone KPL News, Radio et Télévision Nationale Lao diffusent quotidiennement des programmes en langue française. Radio France Internationale (RFI) émet 24 heures sur 24 en langue française sur Vientiane tandis que la chaîne francophone TV5 est relayée dans le pays par câble et satellite. Dans le domaine du livre, la coopération française accompagne des institutions de référence, telle la Bibliothèque Nationale du Laos, dans la modernisation de leurs outils et la formation de leurs ressources humaines.

Gouvernance

En matière de gouvernance et d’’Etat de droit, nous poursuivons notre soutien à la réforme des finances publiques engagée par le gouvernement laotien à travers la création du Centre de Formation du Ministère des Finances, l’’organisation d’’actions de formation et de missions d’’étude de spécialistes laotiens des finances publiques en France. La coopération française intervient par ailleurs dans le secteur de la justice et de l’’Etat de droit dans le cadre d’’un partenariat avec le PNUD portant plus particulièrement sur la mise en œuvre du « Master Legal Plan » et la réhabilitation des « conseils locaux ». Une assistance technique est mise à disposition du PNUD depuis septembre 2008. Elle sera renforcée par un second expert en 2009.

Recherche et enseignement supérieur

Nous apportons notre soutien au secteur prioritaire de la recherche et de l’’enseignement supérieur avec le programme régional Sud Expert Plantes en collaboration avec l’’Université nationale du Laos et l’’Autorité Nationale pour la Science et la Technologie. Ce programme a déjà permis le démarrage d’’un master international qui permettra d’’assurer la formation de jeunes experts en biodiversité végétale tropicale, le lancement des travaux de réfection du bâtiment qui abritera l’’Herbier National du Laos, des formations en écologie forestière à l’’Université Nationale du Laos. La recherche franco-laotienne est dynamique dans de nombreux domaines au premier rang desquels l’’agriculture, la santé et la biodiversité avec la présence d’’importants instituts de recherche.

L’’enseignement supérieur demeure également un domaine de notre coopération qui apporte son concours, outre à l’’Université des Sciences de la Santé, à l’’Académie nationale de Politique et d’’Administration publique (ANPAP) pour la création et la consolidation d’’un master en management des affaires, devenu, cette année, en partenariat avec l’’Université de Nancy II, un master à doubles spécialités (management des affaires et d’’administration publique). La prochaine promotion sera placée sous le signe de l’’autonomie complète qui témoigne du succès de ce projet.

Cet appui se traduit également dans notre programme de bourses qui permet à une vingtaine de jeunes Laotiens de poursuivre leurs études supérieures en France. Enfin, l’’Ambassade est partenaire d’’un projet de formation professionnelle francophone avec la Chambre de Commerce et d’’Industrie Française au Laos, l’’Ecole Supérieure Technique de Pakpasak et la Chambre de Commerce et d’’Industrie d’’Angoulême. Ce programme combine l’’enseignement professionnel à l’’Ecole Pakpasak et l’’attribution de bourses en France.

Echanges économiques

Sur le plan économique, la France demeure un partenaire privilégié du Laos en maintenant ses échanges à un bon niveau tout en contribuant à un développement socio-économique durable. Sa quatrième place d’’investisseur étranger et de premier investisseur occidental sur la période 2000-2008 font en effet de la France un acteur économique de premier plan. Troisième client et deuxième fournisseur européen du Laos, elle constitue un important débouché pour l’industrie textile laotienne.

Parallèlement, la France est soucieuse de contribuer à un développement socio-économique durable du Laos. Elle continue ainsi de jouer un rôle central dans le projet d’’envergure nationale et internationale de Nam Theun 2 tant au niveau opérationnel, par le biais de l’’expertise apportée par les équipes d’’EDF, que financier. Le barrage doit être mis en service à la fin de l’’année et inauguré officiellement en mars prochain.

Par ailleurs, depuis 2008, de grands groupes français étudient la possibilité de s’implanter au Laos, et cet élan se poursuit en 2009 malgré la crise. La création de la Banque Franco-Lao, fruit d’’une co-entreprise entre la BRED-Banques Populaires et la Banque Lao pour le Commerce Extérieur en est un exemple. Sur le plan commercial, deux appareils ATR-72-500 acquis par LaoAirlines seront livrés en 2009.

Ce partenariat économique est aussi soutenu grâce à la présence d’une communauté française active importante qui s’est installée au Laos pour y créer des entreprises dans des secteurs très diversifiés (tourisme, informatique, restauration, exportation.). Cette communauté française établie au Laos augmente chaque année en nombre : un peu plus de 1600 français sont enregistrés au Consulat, soit une augmentation de 15 % par an en moyenne sur les trois dernières années.

Perspectives

Nos liens avec le Laos sont appelés à se resserrer au cours de l’’année à venir avec la poursuite de nos programmes de coopération et de nouvelles initiatives de coopération. Notre programme de travail est en effet chargé : lancement du programme de coopération dans le domaine agricole et du nouveau projet d’’appui à la préservation de Luang Prabang, construction de l’’Institut Pasteur du Laos et d’’un nouveau bâtiment à l’’Université des Sciences de la Santé, réhabilitation de l’’Ecole de Médecine, construction d’’un nouveau bâtiment du Lycée Josué HOFFET, autant de chantiers que nous ouvrons avec nos partenaires laotiens avec détermination et foi dans l’’avenir.

Par ailleurs deux initiatives originales vont marquer la fin de l’’année 2009.
Des Journées de la Recherche franco-laotienne se dérouleront du 14 au 16 octobre prochains. Cet événement sans précédent au Laos, placé sous la présidence de l’Autorité Nationale pour les Sciences et la Technologie vise à valoriser la recherche franco-laotienne et à sensibiliser divers publics aux travaux des chercheurs au Laos. Outre les scientifiques et chercheurs, ces journées feront intervenir d’’autres acteurs tels que les universités, les ONG et les entreprises privées.
Dans une volonté de développer le rôle des collectivités locales au Laos et dans le cadre d’’une, plusieurs rencontres seront organisées dans les prochains mois à Paris et à Vientiane afin de sensibiliser les provinces du Laos et les régions, départements et villes de France aux avantages de la coopération décentralisée. Les collectivités impliquées de longue date telles que la région Rhône-Alpes et la Région Centre et les groupes d’’amitié du Sénat et de l’’Assemblée Nationale apporteront leur concours à cette initiative. Les ONG auront toute leur place dans ce processus, tout comme les associations à but non-lucratif locales dont le statut vient d’’être défini au Laos.

Enfin, l’’inauguration en mars 2010 du barrage de Nam Theun 2, dont EDF est l’’actionnaire de référence, marquera l’’achèvement d’’un grand projet de développement économique, mené dans le respect de normes environnementales et sociales rigoureuses.

Dernière modification : 02/08/2011

Haut de page