Revue de la coopération bilatérale : réception à la Résidence de France

Une réception a eu lieu à la Résidence de France le 2 juin, à l’occasion de la revue annuelle du portefeuille de la coopération bilatérale et de la signature de deux conventions entre l’Agence Française de Développement (AFD) et du Ministère du Plan et de l’Investissement (MPI)

La revue de portefeuille a ensuite été suivie d’une réception à l’Ambassade de France, à laquelle se sont joints les représentants du gouvernement laotien, notamment le ministre de la Santé M. Bounkong SYHAVONG, le vice-ministre du Plan et de l’Investissement M. Kikeo CHANTHABOURY, et le vice-ministre des Sciences et Technologies M. Sourioudong SUNDARA.

Dans son discours de bienvenue, l’Ambassadrice est revenue sur les points essentiels de la coopération entre la France et le Laos :

" Les liens qui unissent la France et le Laos sont historiques et le partenariat économique, social et culturel pour le développement entre nos deux pays est solide. Les rencontres ministérielles régulières ces dernières années sont les preuves du dynamisme de nos relations.

L’engagement de la France au Laos est soutenu, diversifié et coordonné.

Soutenu car l’aide publique au développement bilatérale française au Laos a été continue depuis plus de 20 ans et tend à se stabiliser autour de 15 millions de dollars de dons décaissés par an. A cette aide, déjà conséquente en des temps qui continuent d’être difficiles sur le plan budgétaire, viennent s’ajouter toutes les contributions multilatérales et régionales de la France qui, cumulées pour le Laos, nous amènent à un montant supérieur à 25 millions de dollars par an.

L’aide française vise à faciliter la mise en œuvre du plan de développement socio-économique de la RDP Lao (en particulier les secteurs de l’agriculture, de la santé, et du développement urbain). Nous accompagnons par ailleurs le gouvernement laotien dans son objectif de sortir de la liste des PMA d’ici 2020 et d’atteindre les objectifs de développement durable en 2030.

Au-delà des subventions allouées au Laos, la France mise surtout sur le capital humain. Notre aide dans les domaines de la recherche, de l’éducation, de la culture, et notre assistance technique dans une diversité de domaines vise à soutenir la compétitivité du Laos et un développement durable et humain. Ce sont là les valeurs que nous défendons.

Notre aide est diversifiée. En attestent la grande variété des sources de financement et des acteurs et opérateurs mobilisés pour répondre de manière ciblée et pertinente aux différents besoins : le ministère des Affaires étrangères (via en particulier l’Institut français, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger, Campus France), ainsi que l’AFD et les collectivités (régions et villes) françaises participent au financement de cette aide.

Notre aide est coordonnée
, je dirai même concertée, avec les autorités nationales. Notre rendez-vous d’aujourd’hui avec le ministère du Plan et de l’Investissement en témoigne. Nous la déployons en collaboration avec nos autres partenaires du développement et notamment l’Union européenne dont la France demeure l’un des principaux bailleurs de fonds :

  • la société civile : La contribution des organisations non-gouvernementales au développement du Laos est clé, de par leur connaissance de terrain et leur appréciation des besoins des populations pauvres. Ce sont des partenaires essentiels du développement. L’importance que nous accordons à ces acteurs se traduit par la promesse faite par le Président Hollande que « la part de l’aide française qui transite par les ONG soit doublée d’ici 2017 ».
  • Nos partenaires bi/multilatéraux et les contributions renouvelées de la France , aux premiers rangs desquels l’Union européenne, les agences et programmes des Nations Unies et en particulier le Fonds mondial contre les trois grandes pandémies. Et je n’oublie pas l’Organisation internationale de la Francophonie et l’Agence universitaire de la Francophonie dont la France demeure le principal contributeur.
  • Le secteur privé : Notre contribution au développement n’est pas limitée à l’aide publique car elle comprend aussi les investissements français. Ils ont été significatifs sur les cinq dernières années (EDF international, le groupe BRED, Essilor). Par ailleurs, dans le domaine du tourisme, je me réjouis que le groupe ACCOR poursuive son implantation au Laos.
    Nous appelons au développement de ces investissements exemplaires. Ils sont l’expression d’un intérêt économique partagé, porteurs d’emplois pour la jeunesse laotienne et sont sources de revenus pour le pays, et ce dans le souci d’une gestion durable des ressources.
  • Enfin, notre réseau de chercheurs , dont l’apport est essentiel pour penser un modèle de développement soutenable, durable et inclusif. Le renfort des capacités dans ce domaine est indispensable, au Laos, mais partout dans le monde. Plusieurs hauts responsables de ces instituts passeront par Vientiane ces prochaines semaines. Je me félicite de cet intérêt porté au Laos.

Je vous annonçais en introduction des changements au bureau de l’AFD.
En effet, après 4 ans à la barre du bureau de Vientiane, il est temps pour Olivier GILARD de partir vers de nouveaux horizons. Nous lui souhaitons bonne chance dans son nouveau poste que j’ai compris être basé à Paris. Nul doute qu’il pensera à nous de temps en temps depuis là-bas. Il sera remplacé après l’été par Matthieu BOMMIER, venu en reconnaissance depuis Paris à l’occasion de cette revue annuelle. Je n’ai aucun doute sur le fait qu’il saura poursuivre les impulsions lancées par ce dernier.

Pour des raisons internes, l’AFD a également décidé de réviser son organisation régionale. Le bureau de Vientiane était ces dernières années placé sous la direction de son agence ayant compétence sur le Cambodge et le Laos. Merci à Philippe STEINMETZ d’avoir consacré du temps à ce pilotage à distance depuis un an. Il sera dorénavant placé sous la direction de l’agence régionale qui aura compétence sur la Thaïlande, la Birmanie et le Laos, depuis sa base à Bangkok. Nous souhaitons donc aussi la bienvenue à Ariane DUCREUX qui va assurer ce pilotage au cours des années à venir. Merci également d’être parmi nous ce soir.
La revue annuelle de la coopération entre la France et le Laos a ainsi permis à tous de se familiariser avec le contexte général et de découvrir le portefeuille riche et varié de nos interactions au Laos. La prise de poste d’Ariane et de Matthieu après la trêve estivale en sera d’autant plus facilitée.

Merci à Vannina POMONTI de sa présence également : c’est elle qui continuera à assurer le relais du bureau vis-à-vis du siège de l’AFD à Paris en tant que responsable pays au sein du département ASIE de l’agence. Elle saura assurer le plaidoyer pour la continuité des actions de l’AFD auprès de la nouvelle Direction Générale qui s’est également mise en place ce jour même. Cela me permet donc d’annoncer que Rémy RIOUX a pris ses fonctions de Directeur général de l’AFD en remplacement de Mme Anne PAUGAM qui tenait ce poste depuis trois ans. Vous ne serez donc pas étonnés de voir ce nouveau nom également associé aux documents issus de l’AFD.

Cet accompagnement sur la durée se traduit, entre autre, par l’engagement de l’AFD. Les succès de cette coopération sont nombreux : Luang Prabang, le développement de la filière café, le développement d’une agriculture familiale dans le hautes terres du nord, sont parmi les projets les plus marquants de cette aide. Ce succès des dernières années, nous le devons aussi bien entendu au dynamisme, à la ténacité parfois, de l’équipe en place.

Avant de céder la parole quelques instants à Olivier Gilard, je vous remercie de votre présence ce soir pour marquer, ensemble, cette revue annuelle de notre coopération, et rendre l’hommage mérité à l’équipe de l’AFD au Laos.

Longue vie à la coopération franco-laotienne !

Téléchargez le discours de l’Ambassadrice en version ANGLAISE et en version LAO.

Dernière modification : 03/06/2016

Haut de page